L'Occupation des Iles de la Manche, 1940-1945
par Philippe Rouyer


Annuaires en ligne Bases de données Dictionnaires Encyclopédies Méthodologie Vie pratique


The German Occupation Museum - Forest, Guernesey.

Si le musée reçoit un nombre appréciable de visiteurs, il ne le doit pas à sa situation géographique, ni à la signalisation. En venant de Saint Peter Port, on suit Forest Road, et, une centaine de mètres avant l'entrée de l'aéroport, on prend à gauche vers l'église. Ce n'est qu'entré dans le village de Forest que l'on voit un maigre panneau indiquant le musée. On ne peut pas y venir par hasard..

Pas de problèmes si l'on est motorisé : il y a un parking. Par le bus, de St Peter Port, prendre la ligne 4 ou la ligne 7 (et au retour, la ligne 7 A). A pied, il faut compter 5 Km. A bicyclette, il faut être entraîné, car les côtes sont rudes.

Le musée est né d'une initiative privée. Richard Heaume est le fondateur, le conservateur, le propriétaire et l'exploitant du musée. Il rassemble depuis toujours des vestiges de l'occupation et les met en valeur dans une optique plus pédagogique que commerciale. C'est aussi lui qui tient le salon de thé et vous sert en personne thé, café, et gâteaux faits maison.

Le musée participe activement à la restauration d'ouvrages fortifiés : Pleinmont Tower et Fort Hommet.

On y verra la reconstitution d'une rue de St Peter Port sous l'Occupation, des maquettes, des armes, des instruments de mesure (viseurs, télémètres, postes de radio), des produits et objets de la vie quotidienne, des photos, divers documents, et des mises en scène : on voit par exemple Ambrose Sherwill dans sa cellule de la rue du Cherche-Midi, à Paris. Parmi les grosses pièces, le véhicule d'incendie Sarnia II, utilisé sous l'Occupation, et servi par une équipe mixte de civils et d'Allemands.
Pas de "gift shop" , pas de jouets en plastique pour les enfants ni de magnets pour le frigo. On ne trouvera en vente à la caisse que des livres, des fac-simile de journaux d'époque, des fascicules de la revue de la Channel Islands German Occupation Society.

Dans le jardin, ce qui reste du Merlin d'un Spitfire, découvert en 1974. La dimension des pistons reste éloquente (cliquer sur l'image pour agrandir)

À voir à l'extérieur du musée : pour équiper les fortifications, les Allemands avait fait usage de matériels saisis aux pays occupés. Si les grosses pièces d'artillerie avaient été prises sur des navires de guerre, des tourelles de chars Renault FT17 avaient été démontées pour armer des casemates, utilisation judicieuse de ce char minuscule, qui correspondait aux besoins en 1917 (accompagnement des fantassins) mais qui, faiblement armé, peu protégé, et se déplaçant à la vitesse d'un homme à pied, n'avait plus aucun emploi en 1940. Ici, une tourelle soudée, équipée d'une mitrailleuse Hotchkiss de 8mm (les 3/5 des FT étaient équipés de la mitrailleuses, les autres du canon court de 37 mm).
cliquer sur l'image pour agrandir

German Occupation Museum : minutieuse reconstitution avec du matériel entièrement restauré 


The German Occupation and Liberation Day : l'occupation allemande à Jersey, témoignages des Iliens (société jersiaise).
The Atlantik Wall: pas de documents d'époque, mais des inventaires, des descriptions, et des photos sur les vestiges du mur de l'Altantique, particulièrement nombreux dans les îles.
Channel Islands German Occupation Society : pas de textes en ligne, mais beaucoup de photos et de plans des fortifications du Mur de l'Atlantique. Une branche à Jersey, une branche à Guernsey.
The Société Jersiaise : voir en particulier photographic archive. Beaucoup de clichés intéressants très lisibles, dont on peut ensuite commander des reproductions (éventuellement pour éditer, avec l'autorisation de la Société).
Les plis civils de l'occupation et de la libération de l'île de Guernesey : site français de philatélie, avec de nombreux documents reproduits, très instructif.

L'évacuation : liste des bateaux ayant participé à l'évacuation

 


Bunker transformé en musée de l'occupation (Jersey)


Kohn Elsbury's Postcard Site : une belle collection de cartes postales anciennes (la plupart du début du siècle) de Jersey, Guernesey, Aurigny et Sark.
Le raid de Granville, à travers le Guernsey Evening Press
Republican Slave Labourers in Britain : il s'agit en fait des Républicains espagnols, non pas en Grande-Bretagne, mais dans les Iles de la Manche occupées. Nombreux documents et témoignages, plans

Guernsey Press and Star : le quotidien de Guernsey. Vend à prix raisonnable d'excellentes photos, d'après les clichés parus dans le journal (on trouvera de temps à autre des articles sur l'Occupation, avec des illustations d'époque).
Jersey Evening Post : le quotidien de l'ile de Jersey.
Guernsey's Five Years Under Nazi Rule : article du Guernsey Press du 15 mai 1945.
Fortress Alderney : photos et plans des fortifications allemandes d'Alderney (Subterranean Britain)
Texts relating to the German Occupation in the Channel Islands : récits autobiographiques, en particulier de Juifs enrôlés dans les camps de travailleurs forcés, affectés à la construction des ouvrages fortifiés et au percement des tunnels. (Jersey Heritage Trust)
Through the eyes of a child : under german rule : de nombreux témoignages d'habitants de Guernesey, enfants pendant l'occupation (des récits d'enfants évacués ou déportés sont prévus pour bientôt).
Guernsey Museum : témoignages des Iliens pendant l'occupation, réunis par la BBC (WW2, People's War).Pages similaires pour Jersey,
Jersey Library : un petit site tout simple, mais très clair. Pas encore d'archives numériques, mais le catalogue est en ligne.
The Priaulx Library (Guernesey) : bonne description des ressources (considérables) de la bibliothèque, mais pas de catalogue en ligne.
Le siège des Iles Anglo-Normandes, par Philippe Rouyer. Batailles, avril-mai 2006, n° 15, p. 58-63.

 

Living with the Enemy : l'histoire de l'occupation allemande des îles, illustrée de très nombreux témoignages à la fois des iliens, et des occupants. On peut estimer qu'il s'agit pratiquement des derniers témoignages qui seront jamais recueillis. Les plus jeunes des Allemands qui ont occupé les îles ont aujourd'hui près de 90 ans.

Une adaptation française est également disponible : à ce jour, le seul livre en français sur la question.

Les animaux domestiques à la casserole

En raison de la législation sur le droit d'auteur, il est impossible de reproduire ici cette bande dessinée.

 

Interprétations : l'histoire de l'occupation allemande dans les Iles de la Manche vue par des Français, en bandes dessinées, dans la presse destinée à la jeunesse.
Piroton, Arthur. Pasquiez, Jean-Claude.- Iles en Détresse. Spirou, 1977.
La semaine prochaine : Iles en détresse, n° 2048, p. 40-41
Les Anglais s'en vont, n° 2049, p. 22-24.
Panique à Alderney, n° 2050, p. 22-24
Des tomates et du sang, n° 2051, p.24-25
Seul à l'attaque de Guernesey, n° 2052, p. 22-25
Les Espions de Guernesey, n° 2053, p. 44-49
Arrestation et condamnation à mort, n° 2054, p. 22-26.
Chasseurs de pyjamas, n° 2055, p. 22-26.
Les Mâchoires de la guerre, n° 2056, p. 22-26

Iles étranglées. n° 2057, p. 16-18.
Le Second débarquement de Normandie, n° 2058, p. 22-25.
Opération oeuf de nid, n° 2059, p. 22-25.

La vie quotidienne dans les Iles de la Manche sous l'occupation Allemande, par Philippe Rouyer. Études normandes, 2006, n° 3, p. 67-75

À Saint Helier, le monument de Liberation Square commémore la libération des Iles. Après 5 longues années d'occupation, le peuple en liesse déploie l'Union Jack

Documents :
Le texte de la déclation du roi George VI à la libération

Orders of the Commandant of the German Forces , July 8th, 1940

Les War Tunnels: appelé antérieurement German Underground Hospital. Les grands moyens ont été déployés pour faire du German Underground Hospital l'une des attractions touristiques majeures de Jersey. Les War Tunnels restent cependant un lieu du souvenir. On prend conscience de l'ampleur des travaux effectués dans les Iles, et du calvaire des prisonniers employés par l'organisation Todt.
Russian Pyotr Bokatenka time in Occupied Jersey

Un témoignage de la vie quotidienne : l'Austin 7 du Docteur Lewis.

Le Jersey Museum (The Weighbridge, St Helier) : l'histoire de l'île, avec bien entendu l'occupation allemande. Des expositions temporaires, comme en 2009, les costumes de scène de Marylin Monroe. Attenant au musée : une maison de notable au XIXe siècle, restituée dans son état d'origine, avec les meubles et les objets de la vie quotidienne, l'une des premières maisons de Jersey à être éclairée au gaz, en 1830.

Jersey Heritage Trust : beaucoup de documents, témoignages, fichiers, images. Malheureusement tout est payant, ou presque. On pouvait y  lire il y a quelque temps le fac simile (pdf ) de l'ouvrage de Frederick Cohen : The Jews in the Channel Islands during the German Occupation, 1940-1945.- 2e ed. Jersey Heritage Trust, 2000. 159 p. , ill. Le trust a visiblement changé de politique

Guernsey Evacuees Oral History : témoignages recueillis par un chercheur de l'université de Manchester (beaucoup d'évacués avaient été envoyés dans le Nord de l'Angleterre.

François Scornet : un site illustré de nombreux documents et témoignages, à la mémoire de François Scornet, jeune Breton fusillé à 21 ans à Jersey. Avec 15 compagnons, il cherchait à rejoindre Londres, et avait débarqué à Guensey croyant se trouver sur l'Ile de Wight.

   

À lire :
Paul Sanders. The British Channel Islands under German Occupation, 1940-45. Jersey Heritage Trust. Jersey Societ& Jersiaise, 2005. xxviii + 284 pp.
ISBN 978-0-9538858-3-1.

The Peculiarities of Being under Both the Crown and the Swastika

While mainland Britain managed to stave off a German invasion in 1940, the Crown Protectorate Channel Islands (Guernsey, Jersey, Alderney, and Sark) were not so fortunate. Of all the lands conquered by Nazi Germany, the Channel Islands were unique in a number of regards, not the least of which was that their titular government remained at war with Germany. Paul Sanders emphasizes repeatedly the uniqueness of the situation in the Channel Islands, frequently making the argument that the islands do not fit in neatly with the rest of occupied Europe. In the introduction, for example, he states that the occupation of the Channel Islands was "so unique, in fact, that it is extremely hard to put into words" (p. xv). In addition to stressing the distinctiveness of their situation, Sanders aims to reassess the resistance and collaboration that occurred in the Channel Islands.
"My thesis is that the current 'over-focus' on collaboration in the islands is not merely a reaction to the comfortable myths of the past, but that it bears a relation with the current political context" (p. xvii).

The historiography of the Channel Islands during the Second World War has been marked by the question of collaboration. The official history, The German Occupation of the Channel Islands by Charles Cruickshank (1975), avoids the question altogether, which is typical of both the published histories of the time as well as private journals. Instead, historians have focused on the hardships islanders faced and how they managed to survive the occupation. In 1992, however, (what was then) the Public Records Office released a number of documents that had been sealed, and were originally meant to remain so until 2045. In the wake of these documents, questions about collaboration in the Channel Islands were raised, first by the press (both tabloid and broadsheet) and later by historians. Perhaps the best known and most controversial of these new histories was Madeleine Bunting's The Model Occupation(1995), which accused islanders of acquiescing to the point of collaboration with their occupiers. Sanders's work falls between these two extremes; he certainly addresses the issue of collaboration, but he also makes it abundantly clear that he believes Bunting has "over-shot the mark" (p. 259).

The heart of this book is in the second and third chapters, respectively titled "Collaboration? What Collaboration?" and "Resistance, Repression and Persecution." The extent to which the local populations collaborated with or resisted their invaders are central to the historiography of not just the Channel Islands, but, indeed, all of occupied Europe. These are emotionally charged subjects, and Sanders takes a tactful, nuanced approach when dealing with these issues. He argues that simply asking whether or not the islanders collaborated with their German occupiers is not useful: "Rather helpful in this respect is the typology of collaborations established by Werner Rings and Peter Davies which suggests a menu of the following: heart-and-soul collaboration, shield philosophy, conditional collaboration, tactical collaboration, submission on the grounds of superior force and wait-and-see collaboration" (p. 67).

Sanders concludes that "collaboration in the Channel Islands came in a rather pure form," because the islanders did not engage in the heart-and-soul type, but rather submitted to the overwhelming force of the Germans (p. 74). He contends that the historians and journalists who have attacked the islanders for collaborating with their Nazi occupiers have been overly critical because they do not fully understand the peculiarities of the Channel Islands.

This reviewer does not want to give the impression that the entire book is dedicated to questions of collaboration and resistance. The book is arranged topically, with chapters devoted to such issues as economics, the culture of survival, the occupying Germans, and the use of the islanders as a source of slave labor. The British Channel Islands under German Occupation is an excellent study that draws on a vast array of archival sources to examine a number of topics beyond
collaboration and resistance. For instance, Sanders provides fascinating insights on the peculiarities of the economy and black market during the occupation. He deftly uses the stories of a myriad of islanders to illustrate his numerous points, and by doing so, he brings a great deal of humanity to his topic.

Although this is an excellent, meticulously researched book, this reviewer was slightly frustrated by the brevity of the introduction, which is just over three pages long. There is no discussion of the author's methodology or the historiography of the topic, either narrowly defined as the study of the Channel Islands or more broadly defined within the context of occupied Europe. This is disappointing for two reasons. The first is that Sanders has staked out a novel place in the historiography of the occupied Channel Islands, and it would be useful had he clearly articulated this. Second, this book
(indeed the whole subject) is at the nexus of two subjects (the British home front and occupied Europe), and a discussion of the intersection of these two historiographies could have been fascinating. Beyond this, a lengthier introduction would have made the book more accessible. Just as Sanders seems to assume that his readers are acquainted with the historiography of the topic, he seems to believe that they will be familiar with the histories of the Channel Islands, studies that are fraught with peculiarities and idiosyncrasies even before one considers the complicating factor of occupation. This is slightly bewildering, as he spends much time arguing that the unique nature of the islands is essential to understanding the occupation. These minor criticisms aside, The British Channel Islands under German Occupation is a fascinating book that is essential reading for historians of the Channel Islands, and is well worth the attention of historians whose work is on either the British home front or occupied Europe.
Holte. Review of Sanders, Paul.- The British Channel Islands under German Occupation, 1940-45. H-War, H-Net Reviews. December, 2008.
URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=23112

Policing during the Occupation 1940-1945 : une petite brochure qui est un témoignage de première main, car écrite par Albert Peter Lamy, chef de la police de Guernesey, de 1942 à 1965, sur le site de la police de Guernesey

Discourse and defiance under Nazi occupation : Guernsey, Channel Islands, 1940 - 1945 / Cheryl R. Jorgensen-Earp.- East Lansing - Michigan State Univ. Press - 2013.
ISBN: 9781611860825

15/05/17
index