Le Cinéma et la télévision
par Philippe Rouyer

Nouveau

The Big Cartoons Database : toutes les informations sur près de 25 000 dessins animés des plus grands studios comme des moins connus. L'équivalent, pour le dessin animé, de Internet Movie Dababase.
Animation World Network : un portail passionnant qui pointe vers des annuaires professionnels, des lettres d'information, des actualités de l'animation, des références bibliographiques, sans oublier le Toon Institute, un cours en ligne d'animation.
Une chronologie des oeuvres de Walt Disney, et des nombreuses innovations techniques qu'il a introduites dans le cinéma avec des références bibliographiques précises sur ce site personnel.
Film chest vintage collection : des vidéos que l'on peut enregistrer, des grands classiques du dessin animé des années 30-40 (Internet Archive). On peut y voir par exemple The Talking Magpies de Paul Terry (1946), l'ancêtre de Heckle and Jeckle.
The complete history of the discovery of cinematographyde Paul T. Burns, n'apporte rien de révolutionnaire par rapport aux nombreux ouvrages déjà parus, mais propose une bibliographie et une liste de liens intéressants. Contrairement à bien d'autres sites sur le même sujet, les pages de Paul T. Burns sont régulièrement tenues à jour.
Thomas Edison : 311 petits films et une centaine d'enregistrements sonores de Thomas Edison (din du XIXe siècle, début du XXe siècle) à visionner (Library of Congress). La qualité est satisfaisante au format mpeg, mais la dimension de l'image est bien modeste.
Hollywood Jesus : critique des films du point de vue de leur valeur spirituelle. Avec des dessins humoristiques, l'opinion des lecteurs, en aucun cas un site d'illuminés.
Silent Era : beaucoup de choses intéressantes sur le cinéma muet. Les films, les acteurs, les metteurs en scène, mais aussi les spécialistes du Muet : historiens, restaurateurs, archivistes, et des bibliographies. La base de données sur les théâtres est en cours de constitution. Elle ne présente actuellement que des informations fragmentaires mais devrait à terme constituer un outil de travail de premier plan.
Les Noirs au cinéma :
African Americans in Motion Pictures, sur la B. Davis Schwartz Memorial Library. Le site propose une bibliographie intéressante, mise à jour semble-t-il, régulièrement.
. Margaret Herrick Library digital collections : Academy of Motion Picture Arts and Sciences.

JustDisney.com- Your source for Disney
Sans aucun lien avec la société Disney, Justdisney a le mérite de proposer des informations, des photographies, une bonne biographie, des références bibliographiques. Les auteurs aiment bien l'oncle Walt, c'est évident, (et nous aussi) mais il ne s'agit pas pour autant d'un site promotionnel. Nous n'avons rien à dire des nombreux sites des entreprises Disney, réussis dans leur genre, mais qui ne sont guère d'utilité au chercheur et à l'étudiant.
Tex Avery à la MGM : liens.
Reel classics : the classic movie site.
The Classic TV Database : tout sur la télévision du début des années 50 à la fin des années 80. On y trouve non seulement les séries américaines, mais aussi toutes les séries diffusées sur les chaînes américaines, et par conséquent quelques séries britanniques, telles que The Avengers (mais n'y cherchez pas Coronation Street).
Drive-in Movie : une base de donnée qui recense tous les cinémas actuellement existants, avec des photos et un petit historique. Nostalgie.
Drive-In Theater : encore un recensement des cinémas en plein air, avec quelques documents (publicités anciennes), des liens, une petite histoire. Plus "académique" que le précédent, tout en restant ludique. Sauvegarde et préservation du patrimoine.
Don Markstein's Toonopedia : l'auteur, professionnel de la bande dessinée, et collectionneur, espère en faire la plus vaste base de données consacrée aux Toons, c'est à dire non seulement aux dessins animés, mais aux personnages de bande dessinée. La Toonopedia traite des personnages, des studios, des animateurs, dessinateurs, producteurs et directeurs.
The Communist Party Infiltration of the Motion Picture Industry from 1942 to 1958 , autrement dit la "chasse aux sorcières" à Hollywood : un rapport autrefois classé "confidentiel". Prévoir quelques jours pour l'étudier : plus de 2000 pages ! Fichiers pdf, d'une lisibilité médiocre.
Hollywood Ten : les 10 producteurs ou réalisateurs emprisonnés en 1947 pour avoir refusé de répondre au Congrès sur leurs liens supposés avec le Parti communiste, puis bannis de Hollywood. 8 documents de l'époque, en mode image (gif.) dans la collection American Radicalism de la Michigan State University.
Internet Movie DataBase : tout sur tous les films y compris les fictions télévisées. On ne trouvera pas sur IMDB des références bibliographiques ou des articles rédigés par des critiques, mais une mine d'informations factuelles indispensables.
WideScreen Museum : le musée virtuel des procédés couleur et des formats larges (CinemaScope, Panavision, Vistavision et les autres) avec la liste des films ayant eu recours à chaque procédé.
Film Tech : Prodigieux ! La technique, de la prise de vue à la projection, influe considérablementl sur la création et l'exploitation. Elle détermine pour une large part l'avenir du cinéma. On trouvera ici abondance d'informations, des articles en ligne à caractère historique, des bancs d'essais, des documents techniques, des photographies détaillées de salles de cinéma (du hall d'entrée à la cabine de projection), et surtout, une collection de brochures techniques en pdf, concernant tant le matériel contemporain que le matériel ancien.
L'Age d'or du microfilm : l'évolution de la technique cinématographique et l'émergence de la micrographie documentaire, par Philippe Rouyer (texte issu d'une thèse de doctorat). Les rapports entre le cinéma professionnel et la naissance du microfilm dans les années 30 aux États-Unis (pdf, 880 Ko) Résumé (pdf)
C'est aussi l'industrie du cinéma qui est largement à l'origine des études sur la stabilité et la conservation des films, et par voie de conséquence des microfims : la stabilité du microfilm.
Une sorte de microfiche avait été imaginée au début du siècle, pour faire transporter les nouvelles entre un port et un bateau par des pigeons voyageurs :de la Revue maritime, 1899, T. 141; p.453-454.

 
Bagdad Cafe, août 2001
Bagdad Cafe : un film-culte en Europe, qui a eu relativement peu de succès aux États-Unis ; il y a là matière à réflexion. On peut encore voir l'authentique Bagdad Cafe, près de Barstow en Californie. Moins éloigné de la civilisation qu'il n'y paraît dans le film : le café se trouve entre la route 66 et la voie de chemin de fer. La très sympathique patronne, Andree Pruett, sur la photo) a eu le malheur de perdre son fils, puis peu de temps après son mari. L'accueil est chaleureux, même pour ceux qui n'achètent rien. Le site officiel semble ne pas être mis à jour très régulièrement, mais les visiteurs continuent à venir, essentiellement de France et d'Allemagne.
dernière mise à jour 11/03/14