Living with the Enemy / Roy Mac Laughlin ; foreword by Jack Higgins.- Jersey : Channel Island Publishing, 2007.- 246 p, ill.
ISBN :

Living with the Enemy
Le site officiel

Un ouvrage synthétique, qui rassemble l'essentiel de ce qu'il faut savoir de l'occupation des îles de la Manche, avec de nombreux témoignages des Iliens et des occupants, préfacé par l'un des plus célèbres résidents de Jersey, l'auteur à succès Jack Higgins.

Living with the Enemy a fait l'objet de plusieurs retirages. C'est un best-seller dans les îles, avec plus de 50 000 exemplaires vendus. Ouvrage de vulgarisation, c'est aussi, par les nombreux témoignages retranscrits tels qu'ils ont été recueillis, et ses nombreuses illustrations, un recueil de documents primaires.

Les photographies proviennent essentiellement des collections de la Société Jersiaise.

Introuvable chez les libraires en France, mais présent dans tous les points de vente à Jersey et Guernesey, Living with the Enemy est disponible sur les sites des libraires en ligne, et directement auprès de l'éditeur, Channel Island Publishing.

Il existe aussi une video, hier sur cassette VHS, aujourd'hui sur DVD.

Une histoire étonnante que celle de cette cohabitation forcée : La topographie des lieux interdisait tout mouvement de résistance armée. Les soldats ne craignaient pas les embuscades, et les habitants n’avaient à redouter ni représailles, ni prises d’otage.
Les militaires, heureux pour la plupart, d’échapper au combat sur le front de l’Est, essayaient d’entretenir de bons rapports avec la population, et savaient parfois fermer les yeux.
Il y avait aussi quelques Nazis fanatiques, et une police politique, qui ne cédait en rien à la Gestapo. Et puis les ordres de Berlin, qu’il fallait bon gré mal gré exécuter : les lois anti-juives, les ordres de déportation. Hitler avait décidé personnellement de faire de ces îles d’imprenables forteresses. Alors s’ouvrirent de gigantesques chantiers, sur lesquels travaillaient des prisonniers, Russes et Espagnols pour la plupart, traités comme des esclaves par leurs geôliers, SS et gardes de l’organisation Todt. Dans l’île d’ Aurigny, désertée de ses habitants, le camp de concentration de Sylt. Beaucoup de militaires allemands en ignoraient l’existence, ou ne cherchaient pas trop à savoir ce qui s’y passait.
Il y eut des drames, des actes d’héroïsme de la part de gens ordinaires, qui, en portant assistance aux prisonniers évadés, ne risquaient pas moins que la déportation, mais aussi des anecdotes plus souriantes, comme celle de ce militaire Allemand qui, las de la propagande officielle, voulait écouter la BBC, et fournissait en écouteurs un Jersiais, constructeur clandestin de postes à galène…
Cohabitation forcée, souvent pénible, où soldats allemands et habitants ont partagé les mêmes épreuves. On a écrit tout et son contraire sur l’occupation des îles de la Manche. En faisant largement appel aux survivants, l’auteur a voulu établir non pas la vérité historique absolue, que l’on ne peut pas atteindre, mais la vérité des Iliens et de leurs occupants, ce qu’ils ont perçu des évènements, ce qu’ils ont vécu et ressenti,. Les plus âgés d’entre nous trouveront dans les récits des habitants des îles de grandes similitudes avec leurs propres souvenirs.
Living with the Enemy rend aussi hommage aux Justes, aux Iliens qui au péril de leur vie, ont refusé la barbarie nazie, et aussi à certains militaires allemands qui se sont distingués par leur humanité et leur sens de l’honneur. Le livre a été publié pour la première fois en 1995. Il ne serait plus possible de l’écrire aujourd’hui, car la plupart des témoins qui ont accepté de faire partager leurs souvenirs ne sont plus. C’est ce qui rend la contribution de Roy McLoughlin irremplaçable.

Page d'accueil

L'occupation allemande des Iles de la Manche