A tribute to Bill Millin
4 juin 2009
L'affiche du concert

6 juin 2010 : Bill Millin de retour à Coleville Montgomery
Tribute to Bill Millin 2010

Bill Millin s'est éteint paisiblement le 18 août 2010, à l'hopital de Torbay, à l'âge de 88 ans. Il avait fait en 2003 un accident cardio-vasculaire, et depuis, vivait dans une maison de retraite médicalisée, à Dawlish, Devon. La plupart des journaux britanniques, Ouest-France et le New York Times, ont fait paraître une notice nécrologique. Bill n'aura pas eu le temps d'assister à l'inauguration de sa statue à Coleville-Montgomery, qui a eu lieu le 6 juin 2013.

 

En marge du grand show politico-médiatique d'Omaha Beach, se sont déroulées plusieurs manifestations dignes d'intérêt les 4, 5 et 6 juin, en particulier dans le secteur britannique. Les associations, les communes, ont célébré avec peu de moyens mais beaucoup d'enthousiasme et de ferveur ce 65e anniversaire du Débarquement de Normandie.

Le concert donné en l'honneur de Bill Millin, le 4 juin 2009, par le Mary Queen of Scotts Pipe Band à Coleville-Montgomery faisait partie de ces témoignages modestes mais authentiques, de la reconnaissance de la population envers leurs libérateurs. La manifestation est restée confidentielle, faute d'avoir été annoncée largement par les médias. Le public s'est donc retrouvé limité; alors qu'il s'agissait d'un concert exceptionnel, en l'honneur et en présence d'une légende vivante. Mais faut-il le regretter ?

   

Il est évident qu'une proportion importante de l'assistance était composée d'amateurs, sinon de connaisseurs, de GHB, c'est à dire de Great Highland Bagpipe, la cornemuse écossaise. Il est tout aussi évident que personne ne se demandait qui était le vieux monsieur aux cheveux blancs dans son fauteuil électrique : la plupart l'admiraient depuis leur enfance. Le Maire le faisait citoyen d'honneur de sa commune et Serge Athenour, Pipe Major des Mary Queen of Scotts D-Day Pipers, annonçait qu'une souscription était lancée pour ériger à Coleville-Montgomery une statue en l'honneur de Bill Millin, le D Day piper. Ce n'étaient pas des chefs d'Etat qui lui rendaient hommage, mais des pipers, comme lui, et la population qu'il avait contribué à libérer. Des nouvelles sur le blog de l'association D-Day Piper Bill Millin

Tout le monde connaît la photo célèbre où l'on voit Bill Millin de dos, dans la péniche de débarquement. Et s'il n'y avait pas de photographe losqu'il a passé Pegasus Bridge, cette scène historique a été reconstituée (avec quelques aménagements) dans le film Le Jour le plus long, tourné en 1961. Pour l'anecdote, ce n'est pas Bill Millin qui a joué son propre rôle, mais Leslie de Laspee, alors Piper personnel de la Reine-Mère (et qui du reste était à l'époque du tournage, nettement plus âgé que Bill en 1944).

   
Photos couleur : Ph. Rouyer
Photos en noir et blanc : IWM
   
   

Serge Athenour, Pipe Major du groupe, a évoqué l'histoire du Great Higland Bagpipe, le rôle militaire des pipers, la tradition des chefs de clan qui, tels Simon Frazer, 15e Lord Lovat, avaient leur piper personnel. C'est en voyant, enfant, le personnage de Bill Millin dans le film de Daryl Zanuck qu'il l'a choisi pour son modèle, et c'est ainsi qu'il a entrepris l'étude souvent pénible de cet instrument difficile qu'est le GHB. Car le plus extraordinaire, c'est que le Mary Queen of Scotts Pipe Band est composé de Français, qui ont parfaitement assimilé non seulement la technique, mais la culture écossaire.

 

Pour le 60e anniversaire, l'Ile de Man avait édité un timbre poste représentant la photographie célèbre.

   

Outre des morceaux de vituosité, exécutés par de grands maîtres, l'interprétation d' Amazing Grace par l'ensemble des pipers était remarquable car, au delà de la perfection technique dans l'exécution, c'était un Amazing Grace qui sonnait joyeux. Serge Athenour avait rappelé dans sa présentation, la biographie de John Newton, le compositeur.Newton, ancien capitaine négrier, a fait l'expérience d'une conversion évangélique semblable à celle de John Wesley : une véritable renaissance, après avoir été touché par la Grâce salvatrice. C'est pourquoi le plus grand cantique de tous les temps est un chant de joie, un chant d'allégresse, qui ne doit jamais être solennel ni compassé.

   

Si Bill Millin a pu venir en France cette année, ce n'est pas aux frais du gouvernement britannique, ni à l'invitation du gouvernement français. Il était pris en charge par le quotidien "The Sun".
Soucieux des deniers publics, nos gouvernements ont estimé en effet qu'un 65e anniversaire ne justifiait pas de telles dépenses : ils préfèrent attendre le 70e anniversaire. Les frais de transport et d'hébergement des anciens combattants seront alors très limités, puisqu'il n'en restera presque plus, et que les rares survivants risquent de ne pas être en état de se déplacer.

Bill Millin est entré vivant dans la légende : son histoire est racontée un peu partout, parfois déformée, avec quelques invraisemblances. Pour connaître la vérité, une seule source : son autobiographie, malheureusement introuvable aujourd'hui, si ce n'est en occasion, à des prix abusifs (vendu £ 10.50 à sa sortie, le livre va chercher aujourd'hui dans les £ 100 ! - on espère une prochaine réédition.
Invasion / Bill Millin.- Lewes : Book Guild, 1991.- 180 p., ill ; 23 cm. ISBN 0863325947

Une réédition a été faite en 1997, probablement à compte d'auteur car SwiftPrint n'est pas éditeur. Elle est malheureusement épuisée.
Invasion / Piper Bill Millin.- Dawlish [Devon] : Swift Print, 1997.- 210 p., ill. 21 cm.

 

Normandy veteran Bill Millin is to have a statue erected in his honour, close to the spot 65 years ago where he played the bagpipes as Allied troops launched their assault to free Nazi-occupied Europe.
Mr Millin, 86, has also had a pipe tune written in his name and been presented with a Citizen of Honour award by the community of Colleville Montgomery which he helped to liberate.
In addition, the nearby golf course at Port en Bessin has named its 18th hole Piper Bill Millin, quite an honour as others on the course bear the names of such wartime greats as Eisenhower.

 

6 juin 2009 : Bill Millin avec le Mary Queen of Scotts Pipe Band

The 1st Special Service Brigade veteran, who now lives at Palm Court Residen­tial Home, Dawlish, after a stroke, was among those who travelled to Normandy at the weekend to commemorate the 65th anniversary of the D-Day landings.
It was after his arrival that dignitaries announced their intention to commission a life-size bronze of him, complete with pipes and kilt.
`It's a surprise that people remember,' he told the Gazette.
`There were even more flags and bunting this year. A new generation has come along.'
This was meant to have been Mr Millin's last visit to Sword Beach but the news he is to be immortalised in bronze has changed his mind, and perhaps made up for the fact that a planned meeting with US President Barack Obama failed to materialise.
`I didn't think this would ever happen to me. It is a great honour and I'm very pleased,' he said.
`It was a very good trip and I'll be going back.

The Dawlish Gazette, Wednesday June 10, 2009